Masters – 3e tour: Tiger Woods toujours en course, Cabrera et Snedeker en tête.

par Golfouest

Angel Cabrera of Argentina is congratulated by his son, caddie Angel Cabrera Jr. after sinking a birdie putt on the 10th green during third round play in the 2013 Masters golf tournament in AugustaPhoto (Reuters) – Angel Cabrera –  Classement - Tiger Woods est toujours en course pour la victoire avant le dernier tour du Masters, dimanche à Augusta (Georgie), malgré la pénalité qui lui a été infligée samedi avant le 3e tour.  Pénalisé de deux coups pour une infraction commise vendredi au 2e tour, le N.1 mondial a effacé ce handicap lors du 3e tour en rendant une carte de 70 (2 sous le par) pour occuper la 7e place ex aequo, à quatre coups de l’Argentin Angel Cabrera et de l’Américain Brandt Snedeker, co-leaders.  Même s’il n’a jamais gagné un tournoi majeur sans avoir été en tête après 54 trous, le « Tigre » peut espérer remporter dimanche son quinzième Grand Chelem, qui serait son premier depuis 2008 et son premier à Augusta depuis 2005.  Cabrera s’est mis en position de gagner un deuxième titre à Augusta, quatre ans après le premier, alors qu’Adam Scott (3e à un coup), Jason Day et Marc Leishman (4e ex aequo à deux coups) sont eux en embuscade pour briser la malédiction australienne et offrir à leur pays un premier Masters.  Si Cabrera a démarré fort samedi (-3 après dix trous), Snedeker est resté dans le par jusqu’au N.13, où trois birdies en l’espace de quatre trous l’ont propulsé en tête pendant que Day perdait son statut de leader provisoire à cause d’un bogey sur les deux derniers trous du parcours d’Augusta National.  Dauphin de Woods au classement mondial, le Nord-Irlandais Rory McIlroy a lui perdu toute chance d’enfiler la célèbre veste verte dimanche à cause d’une carte de 79 (+7) qui l’a repoussé loin au classement (44e ex aequo).  Le jeune Chinois Guan Tianlang a également eu du mal samedi, avec une carte de 77 (+5).  Malgré ce score et la pénalité d’un coup pour jeu lent qu’il avait reçue lors du 2e tour, celui qui est devenu à 14 ans le plus jeune joueur de l’histoire à passer le cut en Grand Chelem ne boude pas son plaisir: « C’est quand même une super semaine pour moi, j’ai appris beaucoup de choses. »  « J’ai fait une erreur »  La journée de samedi avait débuté par l’annonce de la pénalité infligée à Tiger Woods pour une infraction commise la veille sur le trou N.15.  A son troisième coup sur ce Par 5, la balle du N.1 mondial avait heurté la tige métallique du drapeau et été éjecté vers un ruisseau en bas du green.  Il avait alors rejoué ce coup en +dropant+ sa balle environ « deux yards » (1,80 m) derrière l’endroit de son coup initial, car cette position lui paraissait favorable, comme il l’avait plus tard expliqué de façon anodine.  Alertés de ces propos, les responsables du tournoi ont discuté avec Woods samedi matin et lui ont infligé une pénalité.  « J’ai fait une erreur et je respecte les règles », a dit Woods, qui aurait très bien pu être disqualifié pour avoir signé une carte de score fausse après son 2e tour, ce qui a du coup soulevé des soupçons de traitement préférentiel.  Certains, comme l’ancien joueur anglais Nick Faldo, ont même estimé que l’Américain aurait dû se retire du tournoi au nom du code d’honneur du golf.  « Cela aurait été grossièrement injuste de disqualifier Tiger, si cela avait été John Smith (nom fictif, ndlr), nous aurions pris la même décision car c’est la bonne décision étant donné les circonstances », s’est toutefois défendu Fred Ridley, le responsable du comité de compétition, qui a pris la décision.  Woods a en fait été sauvé par une règle modifiée en 2011 (33-7) qui permet de ne pas disqualifier un joueur en cas d’une infraction involontaire.  « C’est une nouvelle ère, avec de nouvelles règles, les anciens joueurs comme moi doivent accepter ça maintenant », a indiqué Faldo, en revenant timidement sur les propos plus virulents qu’il avait tenus plus tôt dans la journée.

Laissez un commentaire

Social Widgets powered by AB-WebLog.com.