Golf et environnement : Les parcours français réduisent leur conso

par Golfouest

GOLF-eau( P.Y Ansquer) – Dossier. Les résultats d’une étude-enquête portant sur la consommation (-14 % en 5 ans) de plus de 350 parcours témoignent des efforts entrepris pour économiser l’eau. Un début.

Viser toujours plus haut d’un côté, toujours moins eau de l’autre. C’est le défi d’avenir du golf français. La Fédération française, qui compte 422 000 licenciés, aimerait atteindre les 700 000 d’ici 2018, lorsqu’elle accueillera pour la première fois la Ryder Cup. En même temps, elle doit faire face à des enjeux environnementaux, liés, notamment, à l’utilisation des ressources en eau. Le problème a été pris à bras-le-corps. Dès 2004, sur l’invitation de son ministère de tutelle, la FFG avait créé une commission environnement et rapidement mené une première étude avec le concours de l’AGREF (Association Française des personnels d’Entretien des Terrains de Golf). « Cette étude avait servi de la base à la rédaction de la première charte sur l’eau en 2006 », rappelle Thomas Charrier, chargé de mission équipement et environnement. Ce mardi, le premier rapport quinquennal de la charte a été rendu public. Il est le résultat d’une enquête nationale menée en 2010-2011 auprès de 54 % des 700 équipements golfiques français. Ses conclusions démontrent que l’enjeu a « déjà été intégré ». De 2006 à 2010, les consommations des golfs provenant du réseau public ont baissé de 20 %. En sachant que seuls 10 % des golfs ont recours à ce type de ressource pour l’arrosage de parcours de 50 ha en moyenne, mais dont seuls 2 ha (les greens et les départs) ont besoin d’hydratation intensive.

Car le golf souffre parfois de conversions inappropriées. Qui n’a pas entendu : un parcours consomme l’équivalent d’une ville de tant d’habitants ? La réalité est qu’un golf consomme, en moyenne, en France (cela peut varier de 1 à 10 selon la situation géographique), 25 000 m3 par tranche de 9 trous (29 millions de m3 sur l’ensemble de la France). « Mais 90 % des golfs utilisent pour l’arrosage, une eau impropre à la consommation humaine (eaux de surface, souterraines, pluviales, usées et traitées, agricoles…). » Thomas Charrier remet donc les chiffres en perspective : « Les volumes paraissent importants, mais par rapport aux autres utilisations de l’eau, ils sont marginaux. Il n’empêche, nous devons faire des efforts, notamment là où il y a des tensions sur la ressource. »

À l’Ouest du nouveau

C’est le cas notamment dans l’Ouest où certains se distinguent, comme Pornic, Baden ou Rhuys-Kerver mais aussi Royan, La Palmyre ou Saintes. Ils ont recours aux eaux usées traitées par les stations d’épuration. « Des exemples porteurs », dit Thomas Charrier. La récupération et le stockage des eaux de pluie est une autre alternative, qui assure une autonomie en cas d’arrêté. Le choix des graminées peut également s’avérer déterminant. Beaucoup de parcours s’orientent vers une flore moins gourmande et plus résistante. Reste la sensibilisation des joueurs. « L’arrosage se doit d’être raisonné, rappelle-t-on à la FFG, au prix d’un gazon en apparence grillé l’été. Si cet aspect visuel peut choquer, il n’altère pas l’intérêt sportif d’un parcours. »

D’autres aspects visuels heurtent parfois lors de retransmissions télé. Notamment ces images de fairways gras comme des prairies du Kent… en plein désert. À Dubaï, le Desert Classic se joue sur un parcours que le sable escamoterait en quelques jours seulement si on fermait les robinets. « Pour moi, c’est un non-sens écologique, tranche Thomas Charrier. Mais on évoque des structures qui ne se soucient pas de la rentabilité. Elles jouent le rôle de produit d’appel pour le business, à n’importe quel prix. » Chacun fait ses choix en conscience. La France affiche une réduction moyenne des consommations globales en eau par les golfs, sur les cinq dernières années, de 14 %. Et ne compte pas en rester là.

 

Un commentaire pour “Golf et environnement : Les parcours français réduisent leur conso”

  1. 1
    agree with this Dit :

    agree with this

    Golf et environnement : Les parcours français réduisent leur conso

Laissez un commentaire

Social Widgets powered by AB-WebLog.com.